Conférence de Robert Mencherini le 3 février

Prochaine conférence de l’UPR le 3 février à la maison de la région à 18h30

La Libération et les années tricolores (1944-1947)

avec Robert Mencherini

Historien

Conférence Robert Mencherini

 

Le débarquement allié du 15 août 1944, sur les côtes varoises, donne le coup d’envoi de la libération de la Provence. Le 28 août, prises sous le feu de l’armée française de Libération et de l’insurrection populaire, les troupes allemandes capitulent à Marseille. Les nouveaux pouvoirs républicains se mettent en place, sous la direction du commissaire régional de la République, Raymond Aubrac. S’ouvre alors, jusqu’en 1947 et l’instauration de la 4e République, une période décisive de transition.

Ce 4e volume de la série Midi rougeombres et lumières, après avoir présenté un tableau du département pendant l’été 1944, puis les combats de la Libération, analyse les diverses étapes de ce processus, à Marseille et dans sa proche région. Il évoque les problèmes auxquels les nouvelles institutions ont à faire face : l’effort de guerre, le ravitaillement et le redressement économique, l’épuration, le maintien de l’ordre, le retour des absents (déportés, prisonniers de guerre, requis du STO), le rétablissement de la démocratie, les grandes réformes économiques et sociales. Dans ces années tricolores et d’union nationale, il s’intéresse au rôle et à la stratégie des divers acteurs politiques et sociaux, des organisations de Résistance, du patronat et de la classe ouvrière, des syndicats et partis, PCF, SFIO, MRP, et aux destins individuels dont certains d’importance nationale comme ceux de Gaston Defferre, François Billoux ou Germaine Poinso-Chapuis. Il ne néglige pas pour autant les mutations culturelles importantes d’une période effervescente.

Cet ouvrage complète L’histoire politique et sociale de Marseille et des Bouches-du-Rhône, commencée par la période des années 1930. Il comble aussi, à la lumière des recherches les plus récentes et en s’appuyant sur de nombreux fonds d’archives publics et privés, une lacune historiographique.

La Libération et les années tricolores est le quatrième volume de cette histoire politique et sociale des Bouches-du-Rhône dont sont déjà parus Midi rouge, Ombres et lumières Les années de crises, 1930-1940Vichy en Provence (1940-1942) et Résistance et Occupation (1940-1944).

Lire la suite

Socle, culture commune, fondamentaux, disciplines, compétences, etc.

Un article très riche de Jean-Pierre Terrail : d’un socle à l’autre, vers une démocratisation de l’école ?

arton198-288b9

« Inacceptables et de plus en plus mal supportées, les inégalités scolaires ne se laissent pas oublier. Chaque gouvernement, chaque nouveau ministre engagent à leur encontre une politique qui structure toute leur action concernant le système éducatif, et qui est censée résoudre le problème. Depuis dix ans, c’est l’objectif d’un bagage minimum, d’un « socle », qui fait office de cheval de bataille.

Pour en mesurer le sens et la portée, ce nouvel avatar de « la lutte contre l’échec scolaire » mérite d’être resitué dans l’histoire plus longue de « l’école unique » instituée entre 1959 (décret Berthoin) et 1975 (décret Haby), voire 1985 (création du bac pro), tant l’existence d’un taux d’échec scolaire prégnant et perdurant semble structurellement inhérente à cette organisation de notre système éducatif.

Le premier socle (2006) a été mis en cause pour sa conformité servile aux politiques libérales dominantes. Et aujourd’hui c’est surtout ce qui l’en différencie qui retient l’attention dans le projet de nouveau socle (2014). La comparaison n’est pas sans intérêt, mais comment s’orienter dans le débat qui s’est ouvert à ce propos sans prendre un peu de distance historique, et en s’attachant à tenir fermement ouverte la question principale : oui ou non, la visée d’un socle est-elle de nature à répondre à l’exigence sociale de démocratisation scolaire ? »

Jean-Pierre TERRAIL

vendredi 5 décembre 2014

 

Lire la suite